Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Iliana B. 6ème Benais / France et co-écrit avec Pauline N., Laura G.

Ebola est un virus africain qui ne peut être transmis que par contact direct avec les liquides organiques de quelqu'un qui est déjà affecté par la maladie. Les infirmières et infirmiers qui ont à traiter ces cas s'exposent à de très gros risques de contamination. Ils ont d'ailleurs été nommés personnalités de l'année 2014 selon le magazine américain Times.

Le virus se caractérise par une soudaine montée de fièvre accompagnée d'une fatigue physique, de douleurs musculaires ainsi que de maux de gorge. Ebola peut entraîner des complications neurologiques ou oculaires (problèmes aux yeux.). Il peut provoquer la mort au bout de 6 à 16 jours. Ce virus a été nommé en référence à une rivière près de la ville de Yambuku. Ebola fut identifié en septembre 1976 par le médecin belge Peter Piot, annonçant une première épidémie.
Il a tué plus de 2000 personnes en Afrique, depuis sa réapparition en mars dernier selon la carte de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

L’Afrique continue à s'inquiéter de la propagation de la fièvre. Cependant, l'espoir d'un traitement se précise. «Deux vaccins prometteurs ont été identifiés et des études sur leur sécurité sont en cours». Les tests vont démarrer aux États-Unis et en Europe.

En Europe, dans le 28 pays, seuls quelques-uns (parmi la France) sont contaminés. Aucun décès n'a été signalé pour le moment. Quelques infirmières qui ont été envoyées en Afrique où en Asie sont décédées. En Afrique, il y a 8103 cas et 3909 décès. En Europe, il y a 8 cas et 1 décès en Espagne.

(article publié par Iliana B. 6ème Benais / France et co-écrit avec Pauline N., Laura G.)

crédit photo Francetvinfos (source organisation mondiale de la santé)

crédit photo Francetvinfos (source organisation mondiale de la santé)

Extraits du commentaire d'article transmis au petit reporter avant sa publication par les étudiants en journalisme

Bonjour Pauline, Laure et Iliana !
Bravo pour votre article, travailler à plusieurs n'est pas facile et il est plutôt compréhensible pour un sujet difficile ! C'est intéressant de retracer l'histoire de ce virus alors qu'on en entend souvent parler ces temps-ci.
J'ai quelques conseils pour améliorer votre article :
- Attention, il y a certaines phrases plutôt compliquées. Il faut les vulgariser, c'est-à-dire les rendre compréhensibles par tous. Par exemple, quand vous dites "Le décès parvint au bout de 6 à 16 jours, les cas non mortels peuvent entraider des complications neurologiques ou oculaires (problèmes aux yeux.)", c'est difficile à lire et à comprendre. D'ailleurs, comme vous commencez par parler du décès, si le lecteur s'arrête là, il comprend qu'Ebola est mortel et ne peut pas se guérir. On pourrait donc plutôt dire par exemple : "Le virus peut entraîner des complications neurologiques ou oculaires.Il peut provoquer la mort au bout de 6 à 16 jours." En gros, faites des phrases plus simples et plus courtes !
- C'est toujours intéressant de mettre des chiffres, on se rend bien compte de ce que c'est. Mais attention à ne pas trop en mettre ! ;) Là ça va, mais pas plus.
- C'est très bien de mettre des citations, ça permet d'illustrer un article. Mais il faut penser à dire qui en est l'auteur, car on ne sait pas qui a dit «Deux vaccins prometteurs ont été identifiés et des études sur leur sécurité sont en cours» dans votre article.
- Evitez les répétitions. On a compris que ce virus s'appelait Ebola, donc vous pouvez varier entre "virus" et "Ebola" pour en parler, ou même d'autres synonymes.
- Faites attention, il y a des fautes dans votre article ! Relisez vous bien ou faites vous relire avant de publier. Tout journaliste se fait relire par au moins deux à trois personnes différentes avant que son article ne soit publié.
- Dernier petit conseil, vous pouvez peut-être rajouter une petite info selon moi : les infirmiers et infirmières qui combattent Ebola sont les personnalités de l'année selon le magazine américain Time. Chaque année, ce magazine désigne une personne qui a marqué l'année et en 2014, ce sont les "combattants d'Ebola". Ca permet de montrer que ces médecins risquent leur vie tous les jours pour sauver les malades, comme vous le disiez dans votre article.
 Sinon c'est très bien pour un article traitant d'un sujet aussi complexe. Et j'aime beaucoup l'anecdote sur le nom du virus et la rivière, c'est intéressant et on n'en parle pas habituellement !
Bon courage,
Lola, 2eme année à l'EPJT